Découvrez Brugge (be)

Brugge en décembre

Cliquez sur la photo pour accéder à la galerie photos –

jvb DSCF0791 Découvrez Brugge (be)

.

Brugge en automne

– cliquez sur la photo pour accéder à la galerie photos –

JvB0903323 Découvrez Brugge (be)

Le béguinage de Brugge

– cliquez sur la photo pour accéder à la galerie photos –

JvB0902380 Découvrez Brugge (be)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.


Bruges de Valentin Vermeersch

Une ville singulière mérite un livre singulier. Trop souvent, Bruges a été réduite à quelques clichés familiers : une ville médiévale parfaitement préservée ou, au contraire, une illusion grandiose de façades néogothiques destinée aux touristes. Aucune de ces descriptions ne lui rend justice. Pas plus d’ailleurs que le récit fin de siècle de Bruges la morte, davantage un mythe romantique qu’une réalité historique. Certes, la Bruges provinciale et assoupie du XIXe siècle offre un contraste frappant avec la cité médiévale florissante dont la renommée traverse les frontières. Centre cosmopolite du commerce mondial dès le XIe siècle, la ville connaît son apogée quelque quatre cents ans plus tard dans le faste de la cour bourguignonne.

Si au XVIe siècle la fière Athènes du Nord confirme encore sa position de foyer intellectuel, son rayonnement s’affaiblit néanmoins lentement par la suite. Bruges n’en était pas morte pour autant, loin de là : de nombreux édifices construits au cours des siècles suivants émaillent encore ses rues et ses places, attestant de la permanence d’un réel dynamisme. D’autant que se profilait une nouvelle ère de prospérité : dès les années 1900, la construction du port de Zeebrugge fouette l’économie de la ville, alors même que le cœur historique commence à drainer des masses de plus en plus importantes de touristes. Epargnée des ravages de la guerre, des désastres naturels et des bouleversements urbanistiques, Bruges s’est édifiée en un paysage urbain harmonieux, auquel chaque siècle a apporté sa pierre. A ville singulière, liure singulier, disions-nous… Dans des contributions captivantes, trois historiens retracent l’évolution de Bruges depuis sa naissance. Leur étude est étayée par une collection de cartes inédites qui racontent en images l’histoire de la cité. Un photographe d’art livre son regard personnel sur la ville dans une série de clichés reproduits avec le plus grand soin. Avec affection mais aussi lucidité, cinq célèbres Brugeois nous confient leur relation à la cité et ébauchent ses perspectives d’avenir. Les calligraphies originales qui illustrent leurs pages complètent ce fascinant kaléidoscope de la Venise du Nord.

.

.

.

Brugge

Un article extrait de Wikipédia, l’encyclopédie libre.


Bruges (Brugge en néerlandais) est une ville et commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu de la province de Flandre occidentale.Elle est membre de l’Organisation des villes du patrimoine mondial, depuis l’an 2000. Elle fut également la capitale européenne de la culture en 2002, en même temps que la ville espagnole de Salamanque.

bg brug06 Découvrez Brugge (be)

Canal, Rozenhoedkaai

Elle est appelée « Venise du Nord » car elle possède de nombreux canaux qui la relient notamment à la ville de Gand, ou d’autres, qui encerclent ou traversent la ville. De ce fait, de nombreuses promenades en bateau sont proposées aux touristes, dont certaines permettant de rejoindre les villes alentours. On trouve encore des restes de forteresse (ainsi que des moulins) à côté des canaux entourant la ville.

Bruges dans la fiction

Si Bruges est devenue une des cités les plus touristiques d’Europe, c’est un peu au poète symboliste belge Georges Rodenbach (1855-1898) qu’elle le doit, même si l’écrivain, devenu célèbre du jour au lendemain grâce à Bruges-la-Morte (1892), chef-d’œuvre du symbolisme, n’a jamais vécu dans la ville dont il a assuré la renommée littéraire.

À une époque où l’idée de protection et de promotion du patrimoine était encore peu répandue, Georges Rodenbach a mis tout son talent d’écrivain pour prôner la mise en valeur du patrimoine brugeois : « Il y a de l’atavisme dans les œuvres et l’hérédité, ici aussi, explique mon amour pour cette Bruges admirable, que je serais heureux d’avoir assurée d’un peu de gloire auprès des esprits artistes de la France ».

Le personnage de fiction, Dr. Evil, dans Austin Powers est également censé être de Bruges, même s’il a oublié qu’il devrait être en mesure de parler néerlandais, puisque Brugeois.

Un autre personnage de fiction, Yoko Tsuno, passe une de ses aventures dans la cité de Bruges dans le passé du XVe siècle et dans le présent (Album : l’Astrologue de Bruges).

In Bruges, un film de Martin McDonagh, avec Colin Farrell, Brendan Gleeson, Clémence Poésy, Jérémie Renier, Jordan Prentice et Ralph Fiennes .

Espaces verts

Cette ville est très riche en espaces verts, notamment près des canaux encerclant la ville.

  • Baron Ruzettepark
  • Graaf Visartpark
  • Koning Albertpark
  • Koningin Astridpark
  • Minnewaterpark
  • Pastoor Verhaegheplantsoen
  • Stadspark Sebrechts

Culture

Théatres et salles de concert

  • Concertgebouw
  • Stadsschouwburg
  • De Bond
  • Biekorf
  • Bogardenkapel
  • De Dijk
  • Jan Garemijnzaal
  • Magdalenazaal
  • De Werf

Cinémas

  • Cinema Lumière
  • Cinema Liberty
  • Kinepolis Bruges

Festivals

  • Cactusfestival
  • Klinkers
  • Filmfestival Cinema Novo
  • Festival van Vlaanderen Musica Antiqua
  • Dudstock
  • Thoprock

Historique de la ville

Moyen Âge

Le nom de BRUGES vient du norvégien ancien “Bryggja”, signifiant “quai”.

Bruges apparaît au Moyen Âge en tant que place fortifiée située le long d’un cours d’eau qui a dû être le « Oude Reie ». Baudouin, vassal du roi carolingien Charles le Chauve, y habitait avec Judith, la fille de celui-ci qu’il avait enlevée. Pour pallier de nouvelles querelles, le roi avait envoyé son vassal Baudouin au pays flamand, où une population peu nombreuse craignait les invasions normandes.

t DSCF8669 Découvrez Brugge (be)

Canal

Baudouin devient le fondateur du comté de Flandre et étend son domaine de la région côtière juqu’à l’Escaut et l’Artois. Nous trouvons le nom de Bruges pour la première fois vers 875 sur une pièce de monnaie ; ce nom viendrait vraisemblablement de l’ancien norvégien Bryggia, signifiant “débarcadère”, et qui était la dénomination du lieu au temps des Vikings.

Bruges n’est au IXe siècle qu’un rempart avec château et chapelle sur la place où s’élève à présent le Burg. Au Burg s’ajoutent un marché, une cour de justice et quelques routes qui mènent à la côte ou à l’intérieur du pays. Des navires viennent y accoster. Ils pénètrent dans l’embouchure du Zwin entre les bancs de sable et la côte flamande. Ainsi Bruges se développe également comme centre commercial.

Dans les années 900, le Burg est devenu un port. La retraite du comte n’est plus attaquée par les Normands, mais elle est visitée par des artisans et des commerçants. Elle obtient le statut de ville en 1128. Elle construit à l’époque des murs et des canaux.

En l’an 1134, un raz-de-marée ouvre un chenal jusqu’à la baie du Zwin, de sorte que la ville a désormais un accès direct à la mer du Nord. La ville peut ainsi participer au commerce international qui relie l’Angleterre, productrice de laine, la Gascogne, productrice de vin, et les producteurs de textiles des Flandres. Le bras de mer passe près de la ville de Damme, qui va devenir un avant-poste commercial de Bruges.

En 1200, la ville obtient le droit d’organiser un marché annuel. Les marchands du Rhin viennent rapidement jusqu’à Bruges, puis c’est au tour des marchands hanséatiques, venus de Lübeck et Hambourg. En 1253, la Hanse y obtient des privilèges et Bruges devient l’un des trois comptoirs hanséatiques en mer du Nord, avec Londres et Bergen.

Dès la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle, des marchands de Gênes, de Venise, de Florence, de Castille, du Portugal ou d’Écosse comptent parmi les visiteurs réguliers de la ville. L’arrivée du premier marchand gênois en 1277 permet non seulement le début du commerce des épices avec le Levant, mais également un perfectionnement des techniques bancaires et financières dans la ville.

En 1302, lors des fameuses matines brugeoises, la population de la ville se révolte contre l’occupation française, assassine la garnison en mai et se rallie aux comtes de Flandre. Deux mois plus tard, la ville prend part à la victoire flamande de la bataille des éperons d’or, contre le Roi de France.

En 1309, une bourse est créée et la ville devient le marché financier le plus sophistiqué des Pays-Bas durant le XIVe siècle. Les marchands vénitiens arrivent dans la ville en 1314. La population de la ville passe de 35 000 habitants en 1340 à près de 100 000 en 1500.

L’âge d’or de la ville entre le XIIe siècle et le XVe siècle est donc dû à un commerce florissant axé principalement sur la draperie. À cette époque, Bruges est une véritable plaque tournante du commerce européen. Le commerce s’établit avec Londres, le nord de l’Europe, et les grands ports d’Italie, Gênes et Venise.

Au XVe siècle, la ville est sous la tutelle des ducs de Bourgogne, qui amenèrent la ville à un haut degré de développement économique, architectural et culturel. À la fin du Moyen Âge, Bruges est la ville la plus riche d’Europe du Nord.

Époque moderne

À la fin du XVe siècle, la baie du Zwin s’ensable progressivement et la laison directe entre la ville et la mer est rompue. La Cour de Bourgogne quitte Bruges et l’empereur Maximilien Ier restreint les droits de la ville. Anvers devient la ville dominante des Flandres. La ville s’appauvrit et passe sous domination espagnole.

Brugge jvb2005 DSCF2229 Découvrez Brugge (be)

Beffroi

La sécession des Pays-Bas espagnols, en 1584, mène au déclin final de la ville. En 1600, Bruges n’est plus qu’une ville de province. Durant le XVIIe siècle, diverses initiatives sont prises pour renouer avec le passé, les installations portuaires sont modernisées, mais sans beaucoup de succès.

Aujourd’hui Bruges possède de nombreux musés, lieux touristiques comme le beffroi mais encore deux clubs de football : Le F.C. Brugge et le Cercle de Brugge évoluant dans le stade Jan Breydel Stadion.

Brugeois célèbres

Nés à Bruges

  • Jan Breydel et Pieter de Coninck, résistants du XIVe siècle contre le pouvoir français
  • Le mathématicien hollandais Simon Stevin (1548-1620) est né à Bruges.
  • Tony Parker, joueur de basket-ball évoluant en NBA.
  • Philippe Ier de Castille, fondateur de la dynastie Habsbourg en Espagne et roi de Castille et de León.
  • Eugène Charles Catalan, mathématicien qui travailla essentiellement en théorie des nombres.
  • Paul Devaux, politicien belge.
  • Henri Milne Edwards, zoologiste français.
  • Jean Schramme, mercenaire

Morts ou ayant vécu à Bruges

  • Jan van Eyck, peintre flamand.
  • Guy Thys, entraîneur de football belge.
  • Hans Memling, peintre flamand.
  • Gilles Binchois, compositeur.
  • Gilles Joye, théologien.

Gruuthuse

Du vieux flamand gruuthuse (gruuthuis) ce qui veut dire maison des herbes. Cette étymologie vient du métier de la personne qui y vivait, il s’agissait du marchand d’herbes aromatiques destinées à la fabrication de bière; à cette époque il tenait le monopole commercial.

Actuellement cette demeure est un musée consacré à la vie du Moyen-Âge, en y exposant du mobilier d’époque.

Contes et légendes

Bruges est une ville pleine de contes et de légendes…

Le Minnewater

Est le célèbre lac des amoureux a Brugges. La légende raconte qu’un fidèle aimant enterra sa promise et déversa les eaux pour former un lac au dessus de sa tombe.

La châsse de Sainte Ursule

C’est une peinture d’Hans Memling en forme d’église. Elle raconte l’histoire de Sainte Ursule qui promit de se marrier avec un homme en échange de son évangélisation. Elle décida ensuite de faire un pélérinage à rome accompagné par 10000 jeunes filles qu’elle fit avec son mari.

Cependant elle fus prise en embuscade à son retour et fut tué comme son mari, d’une flèche; Cela explique la raison pour laquelle sur la premiere peinture de la chasse on la voit en mariée tenant une flèche en main …

Port

Le port de Bruges est Zeebrugge. C’est un des plus importants ports d’Europe. (voyez Port de Zeebrugge)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Zapping sur d'anciens articles



mesure audience