Les géants Ch’tis

Comme chaque premier dimanche de juillet, les géants de Douai sortent de leur hangar pour rejoindre la foule des Douaisiens qui attendent devant la mairie et son célèbre beffroi. Les enfants vont embrasser Binbin (bébé en ch’ti) parce que cela porte chance.
.


.

Découvrez les Ch’tis à travers d’autres articles de ce site :

.

.
Gayant (chevalier) est le géant porté qui symbolise la ville de Douai (France – département du Nord). Entouré de sa femme, Marie Cagenon, et de ses trois enfants, Jacquot, Fillon et Binbin, il parcourt la ville chaque année pendant trois jours à l’occasion des fêtes de Gayant, début juillet. Le Grand Cortège du dimanche après-midi est le point culminant de ces journées, après l’arrivée, le matin, de la famille Gayant au grand complet dans la cour de l’Hôtel de ville de Douai, au pied du beffroi.

Gayant est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité, comme membre de « Géants et dragons processionnels de Belgique et de France ».

Le géant n’a la forme actuelle que depuis sa réapparition de 1954. La description la plus lointaine date de 1530 et décrit le personnage comme faisant vingt-deux pieds de haut, portant le costume de l’homme de guerre féodal (casque, lance et bouclier, armure ; ses mains sont gantées). Le mannequin a été créé par la corporation des manneliers. Jusqu’en 1598, un seul porteur suffit, alors qu’en 1665, il fallait déjà cinq porteurs pour le mannequin d’osier. L’apparence du géant n’est plus la même, il a oté son casque et porte une perruque, sa lance est remplacée par un marteau d’armes. En 1700, pour la première fois apparaît le sabre le long du corps. En 1703, lors de la construction du nouveau Gayant, le peintre Martin Saint Léger est chargé de réaliser les couleurs propres à chaque géant. Après avoir eu la tête nue puis avoir été recasqué, le mannequin porte de 1724 à 1741 un bonnet en fourure de lapin. Absent de 1792 à 1801, son retour est marqué par la volonté d’habiller Gayant à la mode vestimentaire de l’époque (Consulat). En 1823, le style féodal est de retour, le peintre Wallet dessine des vêtements correspondants à l’époque Francois Ier. Depuis lors, ce sont les croquis de Wallet qui servent de modèle pour toutes les rénovations, seul en 1827 fut ajouté un manteau de coton de couleur aurore et une banderole en serge écarlate à la partie supérieure de la lance.


tnDSCF0200 Les géants Chtis

2 Responses to Les géants Ch’tis

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Zapping sur d'anciens articles



mesure audience